17 leçons d’un conseiller conjugal

 SiteAvisAccès
position 1attractiveworld★★★
★★
Voir le site
position 2eliterencontre★★★
★★
Voir le site
position 3parship★★★
Voir le site

Juliet Grayson n’est pas la conseillère conjugale typique. Elle jure que les relations poly-amoureuses sont le futur ; elle pense que n’importe qui peut aimer plus d’une personne à la fois, et elle a même déjà aidé un couple à négocier les termes d’une relation S&M (après avoir été victime d’un sérieux accident, ils se demandaient si ça valait le coup de continuer… sans danger).

Dans son nouveau livre, Landscapes of the Heart: The Working World of a Sex and Relationship Therapist, elle décrit les histoires de cinq couples et une personne célibataire à travers leurs sessions avec elle, et comment ils arrivent tous à combler leurs désirs sexuels mais également leurs attentes avec leurs partenaires. Pour chaque cas, le Dr. Grayson approche le problème avec cette nouvelle théorie de relation poly-amoureuse.

Ce qu’elle a appris après 25 ans de carrière va surement vous ouvrir l’esprit sur une toute autre dimension de relation amoureuse – que vous soyez en couple ou non. Voici donc 17 vérités à propos des relations amoureuses. Et ce n’est pas nécessairement sympa à entendre. Voilà les mots du Dr. Grayson :

1 – Vous devez être soit un peu saoulé soit un peu jaloux

Je ne pense pas que la monogamie soit naturelle. Je parlais à un client qui est poly-amoureux, ce qui veut dire qu’il a une partenaire principale, mais ont tous deux plusieurs relations sexuelles avec d’autres personnes, et tout le monde est au courant de la situation, donc tout est clair et compris en amont par toutes les parties impliquées. Et elle dit aussi, qu’avec votre partenaire sexuel (primaire), vous devez soit être un peu saoulé, soit un peu jaloux. Si vous décidez de commencer une relation poly-amoureuse, vous allez être jaloux. Et si vous optez pour une relation monogame, vous allez devoir trouver des moyens pour pimenter votre vie sexuelle.

couple conjugal bisou

2 – Si vous vous ennuyez, (re)négociez les règles de vos relations sexuelles

Avec un couple avec lequel je travaillais, ils ont décidé d’avoir un mariage ouvert, pour qu’ELLE puisse avoir le sexe dont elle avait finalement envie, et qu’il ne pouvait pas lui donner. Mais pour beaucoup de couples, ceci n’est pas une bonne option. C’est à propos de négociation. Est-ce qu’ils seront capables de trouver un compromis ? Disons que seulement l’un d’entre eux veut une relation S&M, et que l’autre ne veut pas ; est-ce qu’il y a possibilité de trouver un moyen pour aller de l’avant, sans vraiment l’attacher pour de vrai, mais une écharpe autour des ses poignets qui la ferait se sentir attachée ? Est-ce qu’il y a moyen de faire semblant, ou est-ce qu’il faut trouver un compromis ?

3 – Les relations poly-amoureuses marchent pour ceux qui savent négocier

Je connais beaucoup de couples pour qui leur relation primaire se passe très bien, et ont à côté de multiples relations poly-amoureuses. Ça peut donc marcher pour certaines personnes. Il y a un très bon livre sur le sujet qui s’appelle « The Ethical Slutby Dossy Easton ». Mais vous devez avoir une très bonne communication avec votre partenaire si vous décidez de commencer une relation poly-amoureuse, surtout quant on en vient à savoir si tout le monde est content, et que tout le monde sache ce qu’il se passe quand ça se passe, et que tout le monde soit d’accord avec ça, etc.

4 – Nous sommes très capables d’aimer plus d’une personne à la fois

Surtout quand on pense à toutes les différentes façons d’aimer, on peut très bien aimer une personne à la folie, et en même temps éprouver d’autres sortes de sentiments plus physiques envers d’autres personnes.

poly trio threesome

5 – La quantité de sexe que vous avez (ou que vous n’avez pas) n’est pas liée au succès de votre relation

Quand vous êtes satisfait de votre vie sexuelle, cela ne représente que 10% de l’importance de votre relation. Quand le sexe ne se passe pas bien, cela représente 90% de l’importance de votre relation. Donc je pense que quand votre vie sexuelle se passe bien – ou assez bien – le seul vrai problème vient si vos attentes sexuelles diffèrent l’un de l’autre, ou si l’un veut faire l’amour trois fois par jour, alors que l’autre seulement une fois toutes les trois semaines. Et c’est alors qu’entre en jeu les négociations.

6 – Faites attention si vous prenez de grandes décisions seulement 6-18 mois après le début de votre relation

Une étude a démontrée qu’il y a trois groupes de neurochimiques qui sont liés aux relations. Un est l’amour romantique, un autre est le désir, et le dernier est l’attachement entre deux personnes. Et il y a une ligne très fine entre ces formulations neurochimiques. Donc si vous vous avez le neurochimique du désir, ou le romantique, ceux-ci ne durent pas très longtemps. La phase romantique, par exemple, dure entre 6 à 18 mois. Puis ensuite, vous entrerez dans une nouvelle phase ensemble, si vous avez de la chance (l’attachement entre vous deux). Pendant la phase de désir, vos neurochimiques sont conduits par la dopamine que relâche votre corps, ce qui est le même neurochimique qu’expérience les toxicomanes à la cocaïne. Ils apportent un booste de dopamine. Donc vous devez faire attention lorsque vous prenez de grandes décisions basées pendant votre phase romantique ou de désir, parce que c’est garanti pour sure que ces sentiments ne vont pas durer.

7 – Un amour romantique ne garanti pas la longévité d’une relation

Certaines personnes sont accros à cette phase, au début de leurs relations. Cette phase d’excitation est tellement forte, que souvent les gens veulent la faire durer le plus longtemps possible. Et c’est ce genre d’excitation qui amène l’adrénaline que les gens recherchent. C’est excitant, mais ça ne veut pas dire que ça va durer sur le long terme.

8 – Toute relation passe par une phase de lutte de pouvoir

Un autre exemple que j’aime beaucoup c’est Harvill Hendrix, qui nous parle de « l’idéal », le « supplice » et le « vrai truc » des différentes phases d’une relation. Donc, l’idéal, c’est la phase romantique, le supplice c’est la phase de lutte de pouvoir, et le vrai truc, c’est l’attachement entre deux personne ; phase qui arrive bien plus tard dans une relation. La plupart des couples qui viennent me voir sont dans la phase de supplice.

Ce que je dis quand je travaille avec des couples, c’est que jamais vous ne retrouverez ce que vous avez eut, cette phase romantique est passée, et nous devons travailler ensemble afin de créer une relation dans laquelle vous voulez tous les deux rester, et ensuite vous déciderez si vous voulez rester ensemble ou non, au lieu d’essayer de recréer quelque chose que vous n’êtes en fait pas capable de recréer.

sexy couple baiser

9 – Les femmes atteignent leur pic sexuel à la cinquantaine et soixantaine

Bien que la maturité sexuelle soit 19 ans pour les hommes, et dans les alentours de 30 ans pour les femmes, celles-ci atteignent leur pic sexuel à la cinquantaine et soixantaine, parce qu’elles sont enfin capables d’être elles-mêmes, et de se voir à travers leur partenaire. Les relations les plus saines, sont quand les deux personnes sont honnêtes envers elles-mêmes mais également envers l’un et l’autre, et c’est à ce moment là que le sexe n’en devient que meilleur. Certaines personnes disent qu’une bonne partie de jambes en l’air est connecté à l’apparition de cellulite !

10 – Si vous avez déjà trompé votre partenaire, il est plus que probable que ça se reproduise encore

Si vous avez déjà trompé votre partenaire, ou même si vous avez des parents à qui c’est déjà arrivé, il semblerait qu’il y ait de grandes chances pour que cela se reproduise.

11 – Stresser c’est tromper

Même un stresse de passage est une raison commune de l’adultère. Que vous soyez sur le points d’avoir des enfants, ou que les enfants soient sur le point de partir de la maison, ou qu’un parent décède, ou que vous perdiez votre boulot… Tous ces genres de moments sont probants pour l’adultère parce que vous passez par une grande phase de transition. Personne n’aime vraiment le changement, la plupart d’entre nous préfèrent avoir une même routine. Donc si nous devons faire face à une transition majeure, surtout quand c’est à propos de quelque chose à laquelle on n’y a pas forcément réfléchit beaucoup, cela apporte plus de stresse, parce qu’on se sent piégé, et on se sent moins bien par rapport à soi-même. Si vous avez des choses positives qui se passent dans votre vie, si quelqu’un arrive et vous apporte exactement le genre d’attention que vous attendez, cela peut être une bonne distraction et vous faire sentir mieux à propos de vous-même. Peut-être que vous ne vous sentez pas assez soutenu pendant cette période de stresse, et tout d’un coup quelqu’un vous apporte un certain soutien, une bonne épaule sur laquelle se confier, ça peut tout chambouler.

trois relation poly

12 – (Presque) Tous les couples s’ennuient de leur routine sexuelle

C’est quelque chose que j’entends quasiment tout le temps. Pas tout le monde s’ennuie, mais vous devez vraiment continuer à vous ouvrir sur vos attentes sexuelles avec votre partenaire pour entretenir la flamme.

13 – Les couples doivent comprendre la notion de désir sexuel à deux

Ce qui se passe souvent avec les couples, c’est quand seulement l’un des deux est plus enthousiaste avec l’idée de désir final (quand vous pensez au sexe seulement lorsque quelque chose le déclenche), alors que l’autre est plus attiré par un désir plus spontané (comme un mec de 16 ans qui marche dans la rue et se choppe soudainement une érection juste par la pensée de quelque chose de sexuelle). Mais avec l’âge, les personnes qui éprouvent ce désir spontané, qui est sans doute la personne qui doit aussi être fatiguée de toujours initier le jeu sexuel, va passer tout doucement du côté du désir final. Donc ils ne ressentent plus le besoin de devoir initier le jeu, et donc personne ne fait le premier pas.

orgy poly hot

Ils apprécient le sexe quand ça se passe, mais il n’y a pas vraiment quelqu’un qui a envie de prendre la responsabilité de prendre des décisions. Et dans ce cas, vous devez vraiment prévoir les rôles précis de chacun, et donc, de l’initiateur. Et c’est comme ça que vous allez trouver un déclencheur extérieur, qui va vous faire envie de vous remettre le pied à l’étriller. C’est un modèle que je vois très souvent chez mes patients.

Une chose que je conseille de faire des fois dans cette phase, c’est de porter un élastique légèrement – trop – serré autour de votre poignet, et à chaque fois que vous le regardez, vous devrez penser à des choses qui vous excitent.

14 – Le mépris est le tue l’amour #1

John Gottman a fait quelques recherches où il a connecté ses patients à des détecteurs de transpiration, détecteurs de battements de cœur, et il a filmé le tout afin que les couples puissent étudier leur langage corporel. Ce qu’il a découvert, c’est qu’en moins de 15 minutes, il est capable de savoir avec 90% d’exactitude si le couple en question allait rompre ou non. Ce qu’il recherche le plus, est de savoir si le mépris est déjà là ou non. Les autres facteurs sont les critiques, réagir comme un mur de pierre, ou encore si ils sont sur la défensive.

15 – Le tue l’amour #2, c’est d’échouer à faire la distinction entre l’identité et le comportement de votre partenaire

Quand vous parlez de ce que vous aimez et ce que vous n’aimez pas chez votre partenaire, il va falloir donc se concentrer sur son comportement plutôt que son identité. Par exemple, si vous dîtes « tu es faignant » et « tu es horrible envers moi », ça, c’est son identité. Mais si vous dîtes « tu n’as pas fait la vaisselle hier soir » ou « tu dis des choses blessantes parfois », ça, c’est se concentrer sur son comportement. C’est beaucoup plus facile de changer un comportement qu’une identité. Mais la plupart des gens n’arrivent pas à faire cette distinction. Changer le comportement de votre partenaire est bien plus simple que d’essayer de changer qui il est en tant que personne.

16 – L’accuser ne fera qu’empirer les choses

Ce qu’il se passe au bout d’un moment, c’est personne ne prend la responsabilité à réaliser qu’ils font partis du problème. Au début, les gens disent toujours que c’est la faute de l’autre. Ils ne regardent jamais à leurs propres fautes. Une bonne façon de changer ça c’est de dire « J’aime X, et je veux Y, et je préfère Z », plutôt que de dire « tu fais X et tu fais Y », donc encore une fois, se concentrer sur « moi », au lieu de « toi ».

17 – Des petites choses qui pourront faire une grosse différence

kiss bisou couple mignonQuelque chose d’intéressant ici, c’est à quel point on sait qu’on est aimé. Et ce serait super si les couples se demandaient mutuellement « qu’est-ce que je fais qui te fais comprendre que je t’aime ? Et que veux-tu que je fasse pour te faire comprendre que je t’aime ? ». Ça s’appelle aussi le langage de l’amour. C’est très important de faire des petites choses pour votre partenaire, qui au final vont faire une grosse différence.

 SiteAvisAccès

position 1
becoquin
★★★
★★

Voir le site
position 2xflirt
★★★
★★
Voir le site
position 3edenflirt
★★★
Voir le site


Recevez notre e-Book gratuitement

Entrez votre email pour recevoir gratuitement notre e-Book : "Comment faire l'amour ?"

00
Days
04
Hours
12
Minutes
47
Seconds